Le cannabis : les effets nocifs sur notre santé

Le cannabis : les effets nocifs sur notre santé

Des risques psychiques et sociaux

Les troubles psychiques

Le cannabis, par son action sur le cerveau, entraîne des perturbations de la pensée, de l’humeur et/ou de la perception. Les modifications psychiques dues au cannabis peuvent également induire ce que l’on appelle une “attaque de panique“, une survenue brusque et transitoire d’un état d’angoisse très élevé. Une perte de contact avec la réalité caractérisée par des convictions paranoïaques, des délires, voire des hallucinations auditives.

Cannabis et psychoses

On entend par psychoses un ensemble de maladies mentales relativement sévères et invalidantes telles que la schizophrénie. Les risques de développer une psychose pour les consommateurs fréquents de cannabis seraient en moyenne jusqu’à quinze fois supérieur à ceux qu’encourent les non-fumeurs.

Des risques sur le corps

Le cannabis étant souvent consommé par inhalation, on retrouve des risques similaires à ceux du tabagisme, au niveau des maladies pulmonaires. De plus, la fumée de cannabis produit une quantité importante de monoxyde de carbone. Dans le sang, ce composé se lie avec l’hémoglobine et compromet la distribution d’oxygène dans le corps.

Afficher l’image source

Pourquoi nous maquillons-nous?

Pourquoi nous maquillons-nous?

Pourquoi nous maquillons-nous ?

Plus qu’un plaisir, notre maquillage nous définit dans notre rapport aux autres et à nous-même. En nous permettant de nous faire accepter ou de nous préserver, de valoriser notre image ou de nous créer un nouveau caractère, il contribue généralement  à notre équilibre.

Résultat de recherche d'images pour "maquillage"
Au-delà de notre propre regard, le maquillage est-il aussi une manière de changer la manière dont les autres nous perçoivent ?
En effet, en modifiant ce qui, dans nos traits, nous paraît modifiable, ce qui est visible par les autres, le maquillage nous permet d’exercer, aussi activement que possible, un contrôle sur la représentation que nous donnons de nous. En nous maquillant, nous cherchons toutes à ne pas être vues naturellement, mais sous un certain mode, celui que nous avons choisi. Le maquillage est alors aussi un moyen de se séduire, de se faire accepter, de rentrer dans le corps social.

Résultat de recherche d'images pour "peur du regard des autre maquillage"

Pourquoi cherchons-nous, avec le maquillage, à cacher le naturel ?
Pour la simple raison que le naturel relève, pour la plupart d’entre nous, de l’intime. C’est cette image que nous choisissons généralement de dévoiler en famille, contrairement aux moments où nous sommes confrontées à l’extérieur.

Résultat de recherche d'images pour "femme pas maquillée"

Comment le maquillage nous permet-il d’être en prise avec la réalité ? Est-ce le geste, le rituel que nous mettons en place qui joue ce rôle ?
Le maquillage participe à notre quotidienneté. Il est vrai que nous avons tous nos petits rituels : nous nous levons, nous nous brossons les dents, nous déjeunons, nous nous maquillons. A mes yeux, ce cérémonial est le pendant féminin du rasage de nos hommes : il nous permet, tous les jours, de nous occuper de notre visage, pendant un certain temps. Le maquillage est alors un geste rassurant, mais aussi un geste qui nous permet aussi de ne pas subir les choses passivement, d’avoir une sensation d’activité. Nous nous en rendons peu compte, mais ce réflexe est une manière de prendre sa vie en main. D’ailleurs, certaines femmes conservent le même maquillage pendant des années, à l’image des traits de khôl très prononcés, que l’on voyait déjà il y a plus de 25 ans. Loin de représenter une certaine nostalgie, ce geste constitue un arrêt sur image. On se maquille comme on s’est toujours maquillée.

Résultat de recherche d'images pour "gros maquillage"

Rencontre littéraire à la médiathèque de Seyssel

Rencontre littéraire à la médiathèque de Seyssel

Jeudi dernier, la médiathèque de Seyssel a accueilli la rencontre entre les élèves de bac professionnel Services aux Personnes de la MFR et les deux auteurs du livre “Moi, Julie, Infirmière à domicile”. En préambule, Mme Zuccalli a profité de l’occasion pour présenter le lieu culturel que la vingtaine d’élèves en formation professionnelle a pu ensuite explorer parcourant au gré de leurs envies romans, bandes dessinées ou documentaires.

Les échanges se sont déroulés dans le cadre de la préparation du Printemps du livre, semaine culturelle initiée par la Société des Auteurs Savoyards. Particularité qui a attiré l’attention des jeunes, le livre dont ils venaient de lire quelques extraits a été écrit par deux plumes : celle de Jean-Claude Bibloque, auteur autodidacte et Julie Chappuis, infirmière libérale qui décrit minutieusement son quotidien et analyse avec objectivité les problématiques du milieu de la santé à travers les pages de son ouvrage.

Maltraitance des personnes âgées, vocation des personnels de santé, violence verbale, aspects financiers du métier d’infirmière : autant de sujets qui ont suscité un questionnement foisonnant de la part des élèves. Quant à M. Bibloque, il a su relater avec une même passion son parcours d’ouvrier devenu écrivain par amour du verbe.

Ce dialogue aura permis aux élèves de s’enrichir à la fois d’informations sur le vécu professionnel d’une infirmière et d’en apprendre davantage sur le monde de l’édition littéraire.

Les 30 ans de la MFR, ça se fête !

Les 30 ans de la MFR, ça se fête !

Vendredi 16 septembre aura lieu la cérémonie célébrant les 30 ans de la MFR du pays de Seyssel. L’équipe et le Conseil d’administration ont à cœur de faire cet événement un moment gravé dans les esprits.

13857-NPMG99

Les festivités débuteront dès 17h30 par la projection d’un film retraçant l’histoire de l’établissement puis une table ronde aura lieu afin de discuter de l’évolution des jeunes. Nous aurons l’honneur de recevoir des élus, des maîtres de stage et de nombreuses personnes qui ont contribué à faire de la MFR de Seyssel ce qu’elle est aujourd’hui.

Que serait un anniversaire sans gâteau ? Après sa dégustation,  le bâtiment principal de l’école récemment rénové sera inauguré et officiellement baptisé “Espace Marcel Monod”. Un lâcher de ballons et un apéritif dinatoire viendront clôturer l’événement mais marqueront le début de la fête !

A la découverte du cadre éducatif de la MFR…de manière ludique

A la découverte du cadre éducatif de la MFR…de manière ludique

Une des spécificités de la MFR du Pays de Seyssel, outre l’alternance, c’est la réactivité de son équipe et l’innovation dont elle fait preuve: son envie d’offrir aux jeunes les meilleures conditions pour réussir. Toujours en recherche d’outils et de situations pour accompagner au mieux les élèves, l’équipe éducative a travaillé à la mise en place d’une activité pédagogique de rentrée pour faciliter la découverte de l’établissement et l’intégration de ses règles de vie.

mfr-seyssel-formation-alternance-haute-savoie.jpg

Les élèves plus âgés mis à contribution

C’est ainsi que les élèves des deux classes de Terminale ont organisé un rallye photo pour les classes de 3ème d’orientation et de 2nde PRO SAPAT. Le principe est simple: une fois des équipes constituées, une photo mystère d’un lieu ou élément de la MFR est donnée aux participants. Arrivés sur les lieux, les organisateurs posent une question en lien avec la photo. Le but est d’inviter les jeunes qui découvrent l’établissement à aller chercher les réponses dans le règlement intérieur. Après cette phase active et dynamique, les jeunes ont pu mettre en commun leurs réponses avec leurs responsables de classe.

Une rentrée 2016 sous le signe de la cohésion

Ludique et concrète, cette activité en équipes a favorisé la cohésion et a suscité une grande motivation. Elle a été source de découvertes et a permis aux plus âgés de faire preuve de créativité et de capacités d’encadrement et d’organisation pour permettre aux plus jeunes de s’imprégner de leur nouvel environnement ainsi que de son fonctionnement.
Fort de cette réussite, d’autres temps en interclasses seront conduits au cours de l’année scolaire 2016-2017 et ce pour permettre aux jeunes de réussir autrement.

La zone de gratuité de la MFR de Seyssel, c’est bientôt !

La zone de gratuité de la MFR de Seyssel, c’est bientôt !

En même temps que sa dernière journée de portes ouvertes, la MFR de Seyssel organise la 3ème édition de sa zone de gratuité qui aura lieu à la MFR le 13 mai de 9h à 17h.

Le principe est simple :

  • apportez ce dont vous n’avez pas besoin et repartez avec ce qui vous fait plaisir (si le cœur vous en dit)
  • ou venez juste récupérer des objets

Il ne s’agit pas de troquer mais de donner une seconde vie à des objets plutôt qu’on les destine à la déchetterie.